LA DECOUVERTE DE L'OMBRE

Elle est partie.

En quête d'ambroisie ?

Les draps froissés témoins de l'orage de notre dernière étreinte sont un océan d'absence où je love ma blessure.

Pas même un adieu !

Mon cheval blanc, l'écume aux lèvres s'est pendu. Et je reste là, tellement dérisoire puisque ma salive n'a plus le goût du nectar de l'Olympe.

Esclave oublié dans une vitrine d'antiquaire poussiéreuse, sans instructions secrètes ni carte des cieux, je rêve à l'ombre des statues qu'elle ai lâché la proie pour l'ombre.

Sur une feuille de marbre, je grave la musique de mon malheur dont tu te régaleras, ô toi, lecteur avide.



02/12/2008
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour